Communiqué du Président Alexandre Negrus sur la crise politique en Roumanie

drapeaux

Je désapprouve totalement, comme des millions de personnes à travers l’Europe, les agissements du gouvernement par l’intermédiaire du premier ministre, Sorin Grindeanu. J’éprouve cependant une grande fierté. J’ai vu un pays fier d’être européen et de ses valeurs, prêt à résister aux assauts d’un gouvernement qui a oublié que nous étions en 2017.

La lutte contre la corruption est une des priorités de notre jeunesse puisqu’elle touche tout le monde, sans exception, et donne lieu à de tristes drames.

Nous avions déjà vivement montré notre opposition lors de la précédente crise suite à un incendie dans une boîte de nuit à Bucarest. Le décret que le PSD (Parti-Social-Démocrate) a adopté, en pleine nuit, pour alléger la procédure pénale et les condamnations de la classe politique corrompue est inacceptable. Un tel recul, après tant d’années de lutte contre la corruption, n’était pas acceptable. La première partie du combat a été gagnée et nous nous félicitons de ce retrait. Il faut cependant rester vigilants, car d’autres techniques législatives et juridiques s’offrent au pouvoir roumain.

Ce pays, qui est aussi mon pays d’origine, qui a déjà connu le communisme, ne peut pas faire un si grand pas en arrière. Nous ne pouvons pas laisser se mettre en place une corruption institutionnalisée. Il est de notre devoir de réagir vivement, et de solliciter l’aide de tous les pays membres de l’Union européenne, des institutions européennes et de l’ensemble de la population roumaine. Aussi, j’en appelle à la mobilisation des roumains établis à l’étranger, en France notamment, et de la jeunesse. Je ferai toutes les démarches, dès mercredi 08 février 2017, auprès des institutions pour ouvrir la voie du dialogue et pour faire réagir, en conséquence, l’Union européenne qui je le rappelle est garante de l’Etat de droit de chaque État membre.

Ce pays a beaucoup d’atouts pour réussir et pour connaître des avancées considérables, mais la corruption reste la plus grande épine. Les élus corrompus doivent être condamnés et être bannis de la vie politique lorsqu’une décision de justice les a condamnés pénalement.

Ces derniers jours il y a eu les plus grandes manifestations depuis 1989, tout un symbole. Nous prônons aussi la voie du dialogue, raison pour laquelle il est prévu depuis de longues semaines déjà de commencer une collaboration avec l’Ambassade de Roumanie en France au mois d’avril. Nous nous déplacerons aussi en Roumanie dans les mois à venir. Enfin, je souhaite créer un observatoire roumain de la Jeunesse qui aura le rôle de veiller à l’Etat de droit en Roumanie et de dénoncer toutes les pratiques illégales au regard du droit de l’Union européenne et qui aura la rude tâche d’établir des propositions pour bloquer, institutionnellement et constitutionnellement, toute pratique remettant en cause la démocratie et l’Etat de droit. Ces propositions seront transférées à des organes compétents auprès de l’Organisation des Nations Unies.

J’en appelle à la mobilisation totale, au pragmatisme et au sang-froid, un ensemble essentiel pour lutter efficacement face à la corruption. 

La résistance que montre la communauté roumaine et ses soutiens doit continuer à se concrétiser par des actes comme ces derniers jours. J’ai vu, au cours de mes différents déplacements dans le pays, à quel point la population est désireuse de changement.

Alexandre NEGRUS

Président des Ambassadeurs de la Jeunesse

0 Commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Contactez-nous

Nous vous répondrons dans les plus brefs délais !

En cours d’envoi

©2017 Ambassadeurs de la jeunesse

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account